Conversations avec l’artiste équatorien Franss Conde Hinojosa par S. Cabrejos

Conversations avec l’artiste équatorien Franss Conde Hinojosa par S. Cabrejos

25 juin 2019 Non Par admin

J’ai rencontré Franss lors du vernissage de l’exposition collective « Entrevistas Gráficas » à la Galeria Sonia Monti, voici notre entretien.

  • La peinture et l’écriture font partie de ton ADN depuis ton jeune âge, comment est née cette découverte pour l’Art ?

Je pense que la vocation artistique est innée, ce n’est pas un choix. Tu ne décides pas comme ça de devenir artiste, de même quand tu tombes amoureux, tu ne te lèves pas un matin et en te disant, tiens, je vais tomber amoureux aujourd’hui, ou à partir de demain, je vais croire en Dieu, ça arrive c’est tout. Avec les années tout cela se complique, s’approfondi et certaines choses s’apprennent, mais en principe cette vocation est un cadeau des astres.

  • Quelles sont tes sources d’inspiration ?

Tout m’inspire ! Toutes les circonstances de la vie m’inspirent en général, ce qui se passe tout au long d’une vie, les personnes et leurs succès. La vie est tellement en mouvement et changeante, que l’on reçoit des stimulations en permanence et le travail de l’artiste consiste à modifier et transformer tous ces symboles. Ça peut être des couleurs, des sons, des mouvements corporels, de la danse, du théâtre… et de les interpréter.

  • As-tu des thèmes ou des styles spécifiques qui t’influencent plus que d’autres ?

Probablement oui, je ne sais pas. J’ai certaines affinités avec l’impressionnisme et l’expressionnisme,

J’ai quelques proximités émotionnelles avec des artistes comme Candido Portinari, Rufino Tamayo, Wilfredo Lam, Roberto Matta… Mais pour ce projet, mes influences ont été multiples et elles changent en permanence.

  • Dans quel contexte décides-tu de partir pour l’aventure européenne ?

Après ma formation universitaire d’ART en 1996, j’ai reçu une invitation d’amis, vivant en Allemagne, pour former le  groupe musical CANTO BRAVO, dont j’avais déjà été membre pendant dix ans. J’ai accepté cette invitation avec plaisir et c’est comme ça que je me suis embarqué dans cette folle aventure européenne. Vingt et un ans se sont écoulés et il me faudrait beaucoup de temps pour tout raconter.

  • Un artiste sud-américain peut-il se faire une place dans la grande muraille artistique européenne ?

Les expériences historiques prouvent que oui. Il existe tellement d’artistes latino-américains qui l’on fait, mais c’est une lutte très dure, mon expérience personnelle a été plutôt positive. Je n’ai pas lutté seul mais entouré d’amis qui ont cru en moi et en mon travail et je n’ai toujours pas été vaincu, ni par la paresse, ni par la fatigue, ni par la solitude, ni par la faim.

  • Parles-nous de ton recueil de poèmes publié en 2009 et intitulé : « Todo regresa al viento », l’écriture aussi occupe une place importante dans ta vie d’artiste ?

Oui, c’est un recueil que j’ai écrit entre Pamplona et Quito. Les circonstances étaient alors très différentes. De nouveaux paysages s’ouvraient à moi et d’autres personnes touchaient mon esprit, des années merveilleuses de développement personnel et artistique. Ce qu’un ensemble de poèmes raconte, c’est la vie qui coule inlassablement.

  • Quels sont les projets qui t’ont le plus marqué dans ta sphère artistique ?

Tout projet, aussi insignifiant soit-il, a une signification importante pour moi, de nombreux sujets ont été traités tout au long du chemin, des projets en solo ou en collaboration. Chacun ont été réalisés avec une profonde honnêteté et sérieux. Certains ont abouti, d’autres non, mais l’expérience est toujours nourricière.

  • As-tu d’autres propositions artistiques à nous présenter prochainement ?

Oui, il y en a toujours, je suis en train de préparer une exposition de peinture et dessins à Paris pour le mois d’aout et septembre, ainsi qu’une présentation d’affiches commémoratives  de mes anciennes expositions et d’autres surprises.

  • Je te laisse le mot de la fin

Gracias por tu invitación, un fuerte abrazo y continua con este magnifico trabajo

S Cabrejos

Traduction : Julia Estevez