Malgré la crise sanitaire, les artistes ont eu du mal à refaire surface ou ils sont restés sur le carreau faute de public et interdictions récurrentes. Néanmoins, comme pas mal d’entre eux, la vie continue et un nouveau projet de l’artiste paraguayen a vu le jour récemment.

Son tout récent projet appelé Normandia est le nouveau-né d’Ismael Ledesma. Tombé amoureux de la Normandie, sa seconde région d’adoption après la Bretagne, l’artiste paraguayen s’est entouré d’amis musiciens pour pendre ce nouvel album dédié à la région : « j’ai découvert la beauté de cette région et a inspiré ma musique, en plus, j’ai composé une dizaine de compositions supplémentaires pendant le confinement ».

Une étroite collaboration des musiciens à l’internationale, même à distance, ont permis la naissance de cet album, ont collaboré : Jean Louis Cortes (au piano et clavier) qui a proposé sans hésiter sa collaboration dans les arrangements de deux titres Arpa Caliente et Melancolia puis d’autres musiciens de son entourage l’ont suivi , Celso Duarte et Rodrigo Duarte (cuatro et maracas, Mexique), Ricardo Delgado (cuatro, Pérou), Oswal Gonzalez (batterie et percussions, Paraguay), Paula Rodriguez (contrebasse et basse, Paraguay) le guitariste français Clovis Gehin, la chanteuse française In’Tissar Maatig, le saxophoniste africain Toups Bebey, et son cousin Mario Rodriguez, un grand du jazz aux États-Unis, (basse, programmation, production musicale et arrangements du titre principal).

Normandia est le fruit d’un appel au financement collaboratif et l’alchimie de 11 titres finement arrangés qui vont certainement égayés le printemps 2021.

Des rythmes gais et colorés, Normandia se dit un album pour tous les goûts et tous les publics, Ismael Ledesma est toujours fidèle à son harmonie et fusion musicale ainsi qu’à la transmission artistique de son harpe paraguayenne.

Ismael a composé l’ensemble de titres, aidé dans ses deux vidéoclips par Joaquin Cuquejo du Paraguay avec des images propres et celle de sa fille Johanna.

Normandia fut enregistré au Plan de París et la salle de Gadancourt entre septembre 2020 à mars de cette année.

Vous inviter à l’écoute de ce nouvel album est largement conseillé, n’hésitez pas à consulter les plateformes musicales pour retrouver le son éclectique de son harpe et la musicalité toujours rendue meilleure de l’artiste paraguayen.

S. Cabrejos