0 0
Read Time:3 Minute, 57 Second

 

Comment et quand fût crée le groupe  Chinchivi ?

Tout commence le 3 juin 2005 au cours des fêtes consulaires de Lyon : un évènement où sont présentées les cultures et musiques du monde. L’association Candela, qui promeut la culture afro-péruvienne, avait contacté chacun d’entre nous pour jouer sur scène ce jour là. Nous avons proposé un répertoire classique afro-péruvien. La réaction du public fut unanimement positive! A la fin du concert, il nous a semblé évident que nous nous étions trouvés en tant que musiciens et groupe : Chinchivi était né !

Racontez nous le sens du mot Chinchivi

Chinchivi est une boisson consommée par la communauté afro-péruvienne. C’est une préparation à base de maïs fermenté, de gingembre, de noix de muscade et de cannelle. On dit que c’est une boisson aux vertus aphrodisiaques…

En bref, quelle est la trajectoire artistique des musiciens de Chinchivi ?

 Miguel et José Ballumbrosio  appartiennent à une famille de musiciens et de danseurs célèbres au Pérou pour leurs apports à la culture afro-péruvienne. Ils se produisent sur scène depuis leur plus jeune âge. Miguel a joué dans différentes formations afro-péruviennes plutôt traditionnelles alors que José a fondé un groupe de fusion latino-américaine, d’abord au Pérou et ensuite en France. Tous deux tentent de rentrer au Pérou chaque année pendant la période de Noël pour participer aux fêtes traditionnelles de la nativité où leur famille dansent et jouent. Quique Larrea, quant à lui, vient de la scène rock du Pérou : il a été l’un des fondateurs du groupe los Mojarras ! En France, il s’est lancé dans  l’exploration des musiques du monde au sein de Arba, avant de se consacrer entièrement à Chinchivi. Rodolfo Muñoz a vécu non seulement au Pérou et en France mais aussi plusieurs années à Cuba, où il a enrichi sa technique musicale. Il travaille actuellement pour le cinéma au côté de Tony Gatlif pour son film Exil, et mène un projet de musique électronique avec Christophe Muller (Gotan Project): Radio Kijada.

 Dans quels concerts a participé Chinchivi en France et en Europe ?

 Nous avons joué dans de nombreuses salles, récemment nous avons donné un concert au Divan de Monde à Paris (23 Mars). Nous avons également participé à plusieurs festivals comme les Translatines, Colores Latino ou le festival Corazon Latino… Actuellement nous préparons la sortie de notre premier disque en tant que Chinchivi et une tournée dès la rentrée 2007 !

 Comment croyez vous que le public français reçoit ce métissage musical afro péruvien pendant les concerts ?

Avec beaucoup de bonheur et de chaleur ! Chinchivi a toujours été très bien reçu par le public français, qui se met à danser, même sans connaître notre musique et les danses afro-péruviennes! Ils apprécient l’énergie du spectacle et se laissent surprendre par ses rythmes et les sonorités des percussions telles que le cajon, la cajita ou encore la quijada. La plupart des gens découvrent une facette tout à fait inhabituelle du Pérou : Des africains au Pérou !? Et pourtant, c’est ça aussi la culture péruvienne.

 Il y a des gens qui ne connaissent pas très bien les racines noires en Amérique Latine, que leur diriez vous ?

Qu’ils se renseignent ! La présence noire a joué un rôle important dans toute l’histoire de l’Amérique latine. Elle a généré sur tout le continent des formes musicales nouvelles et très intéressantes en se métissant au cours des siècles avec d’autres cultures, espagnoles ou indiennes… Au Pérou nous avons une expression pour résumer ça : El que no tiene de Inga tiene de Mandinga.

Croyez vous que ce mélange musical de rythmes africains et latinos donnent lieu à des nouvelles réactions et critiques ?

Il faut peut-être corrigé un malentendu ici : La musique afro-péruvienne n’est pas un métissage récent des rythmes africains et latinos. Il s’agit d’un style à part entière comme la salsa, le meringue ou le jazz… D’ailleurs les rythmes dits latinos sont eux aussi issus de l’Afrique ! Notre musique prend pour base la musique afro-péruvienne parce que c’est notre culture et notre façon de ressentir la musique. Mais nous sommes aussi sensibles aux autres styles musicaux comme le reggae par exemple. Et il est naturel pour nous de métisser, de mélanger parce que la culture afro-péruvienne est une culture vivante et donc en constante évolution ! Chinchivi n’est pas un groupe folklorique. C’est un groupe qui puise dans ses racines péruviennes pour créer un nouveau répertoire, une musique actuelle.

 Transmettez vous un message à travers votre musique ?

Bonne humeur, énergie et harmonie du corps et de l’esprit !

 Le mot de la fin

CHINCHIVI  PA MI Y PA TI !

 

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %